Si vous souhaitez apprendre la photo et maîtriser votre appareil (que ce soit un boîtier reflex ou hybride) dans le but de prendre de beaux portrait, le triangle de l’exposition est une base indispensable à connaître. Il est composé de 3 éléments importants : l’ouverture, la vitesse et les ISO. Ils vous aideront à quitter le mode tout automatique et à être épanoui en photo. C’est grâce à la maîtrise de ces 3 piliers que vous allez être plus créatif et comprendre comment fonctionne la photographie.

Nous allons voir tout au long cet article, comment agit chaque élément du triangle de l’exposition ( l’ouverture, la vitesse et les ISO) sur le rendu de vos photos. Prêt à devenir un meilleur photographe ?

Table des matières afficher

L’ouverture : 1er pilier du triangle de l’exposition

C’est l’élément qu’il faut vraiment maîtriser si vous débutez, peu importe ce que vous souhaitez shooter (portrait, paysage, famille, architecture…). Vous verrez que son fonctionnement est simple à comprendre mais vous devrez pratiquer pour être à l’aise avec le triangle de l’exposition.

Alors l’ouverture en photo, qu’est ce que c’est ?

Définition : Il s’agit de l’ouverture de l’objectif par laquelle passe la lumière

Les bases

Nous allons parler un peu chiffre pour comprendre l’ouverture. Je vous rassure, cela n’est pas si compliqué.

Vous remarquez sur le schéma plus bas des ronds avec des chiffres. Les ronds représentent l’ouverture (ou le diaphragme) de votre objectif photo.

dessin diaphragme en photo

Les différents diaphragmes schématisés pour mieux comprendre

IMPORTANT : plus le chiffre est GRAND et plus l’ouverture est PETITE.

Dans l’illustration ci-dessus, le PETIT chiffre f/2.8 représente une GRANDE ouverture. Le GRAND chiffre f/22 représente une PETITE ouverture. Nous verrons plus tard à quoi servent ces chiffres, comment ils modifient l’exposition et le rendu de vos portraits photo. C’est sincèrement la base, vous devez dompter et connaître ces chiffres par cœur, vous allez les utiliser durant toute votre vie de photographe portraitiste.

ASTUCE N°1

Pour les retenir plus facilement, dites vous que :

PETIT CHIFFRE = PETITE PROFONDEUR DE CHAMP (arrière plan flou)

GRAND CHIFFRE = GRANDE PROFONDEUR DE CHAMP (arrière plan net)

Selon les objectifs photo et leurs capacités, ces valeurs peuvent aller de f/1.4 à f/32 environ. Je vous mets plus bas les principales valeurs, apprenez les pour être à l’aise. Cela prend peu de temps. Par contre cela vous servira durant toute votre vie de photographe. Je vous conseille de vous les noter et de les garder sur vous afin de les appréhender.

f/1.4
f/2
f/2.8
f/4
f/5.6
f/8
f/11
f/16
f/22

Vous allez utiliser ces chiffres constamment, peu importe si vous allez faire de la photo de portrait, de paysage, du mariage…Les maîtriser vous permettra de trouver vos réglages plus rapidement et d’être plus créatif.

IMPORTANT : plus votre objectif photo aura une grande ouverture, plus il sera lumineux. Ce qui veut dire que vous aurez un plus beau flou d’arrière plan, que votre sujet ressortira davantage et que vous pourrez shooter dans des endroits intérieurs plus facilement ( sans trépied).

Nous pouvons classer les valeurs précédentes en 3 catégories :

  1. Grande ouverture (petit chiffre) : de f1.4 à f/2.8.
  2. Moyenne ouverture : de f/4 à f/8.
  3. Petite ouverture (grand chiffre) : de f/11 à f/22.

Je vous mets une illustration plus parlante :

schéma sur l'ouverture en photo

Le diaphragme

Définition : C’est un mécanisme permettant de laisser entrer plus ou moins de lumière à travers l’objectif ( ce sont les ronds du schéma ci-dessus).

Quelques exemples de diaphragme en photo :

f/1.4f/2f/2.8f/4f/5.6f/8f/11f/16

C’est ce que l’on appelle des valeurs “pleines” (entre chacune, il y a des tiers de diaph, nous verrons cela juste après). Entre chaque valeur pleine (de f/1.4 à f/2 par exemple), on dit qu’il y a 1 DIAPHGRAME (ou diaph). Chaque fois que vous passez d’une valeur à une autre, vous devez compter un diaph. Cela va dans les deux sens (du plus grand au plus petit chiffre et vice-versa).

Quelques exemples :

  • f/2.8 à f/4 = 1 diaph
  • f/11 à f/8 = 1 diaph
  • f/5.6 à f/16 = 4 diaph (comptez simplement le nombre de valeurs qui séparent les 2)
  • f/32 à f/16 = 2 diaph

IMPORTANT : 1 diaph MULTIPLIE ou DIVISE par 2 la quantité de lumière.

Un schéma simple pour comprendre l’impact des diaph sur la lumière

le diaph expliqué en dessin pour l'ouverture et le triangle de l'exposition
Afin de bien comprendre l’impact des diaphragmes sur l’exposition de vos photos, voici quelques exemple :

  • f/8 à f/5.6 : il y a 2 fois PLUS de lumière qui passe
  • f/5.6 à f/8 : il y a 2 fois MOINS de lumière qui passe
  • f/5.6 à f/2 : il y a 8 fois PLUS de lumière qui passe (vous devez multiplier par 2 chaque diaph : ici il y a 3 diaph qui séparent f/5.6 de f/2 donc 2x2x2 = 8.

IMPORTANT : 1 diaph = 2 fois PLUS ou 2 fois MOINS de lumière

Pour rappel, plus vous allez vers des petits chiffres, plus il y aura de lumière qui passe dans votre objectif. Reprenez mon schéma plus haut et entraînez vous à la maison.

Vous comprenez maintenant l’importance des objectifs qui ont une grande ouverture. Un objectif photo 24-70mm qui ouvre à f/2.8 aura la possibilité de faire passer 2 fois plus de lumière qu’un 24-70mm f/4 par exemple. Cela peut-être important lorsque vous shootez dans des endroits avec peu de luminosité à main levée (photo intérieur…) ou que vous souhaitez faire ressortir votre sujet. 

portrait femme flou arrière plan

Exemple de portrait pris avec une grande ouverture. Ici f/1.8

Les tiers de diaphragme

Certains d’entres vous doivent se demander “mais moi j’ai un 50mm 1.8 et ce diaphragme n’apparaît pas dans ton tableau et ton schéma“.

C’est tout à fait vrai et c’est une très bonne réflexion. Ce que nous venons de voir représente des valeurs “pleines”. C’es à dire des diaph entier (passer de f/1.4 à f/2 est égale à 1 diaph.

Définition : les tiers de diaphragme sont les valeurs intermédiaires en des diaphragmes pleins. il y a toujours 3 crans entre chaque diaphragme entier.

Pour passer de f/2.8 à f/4, il y a 3 crans : f/3.2, f/3.5 et enfin f/4. Regardez la rapide vidéo plus bas qui illustre mon propos. A noter qu’il faut se mettre en mode priorité ouverture sur votre appareil (A ou AV).

Concernant l’impact d’un tiers de diaph sur votre exposition, sachez que chaque cran augmente la quantité de lumière par 1/3 OU diminue la quantité de lumière par 1/3. Vous n’êtes pas obligé de retenir cela, soyez déjà à l’aise avec les diaph pleins dans un premier temps.

Les objectifs zoom avec une ouverture variable

J’ai commencé la photo avec un appareil Canon 100d et un 18-55mm qui ouvrait à 3.5-5.6 et je ne comprenais absolument rien à ces chiffres. Aujourd’hui je vous explique simplement à quoi ils correspondent et POURQUOI il y a deux chiffres d’ouverture sur un seul objectif.

  • 18-55mm : c’est la plage focale, c’est à dire que votre objectif peut aller de 18mm à 55mm. Vous pouvez donc régler votre appareil sur 24mm ou 35mm par exemple.
  • 3.5 – 5.6 : Ce sont les ouvertures maximales selon la plage focale choisie. A 18mm, votre objectif peut ouvrir au maximum à f/3.5 et à 55mm votre objectif peut ouvrir à f/5.6. Vous ne pourrez pas ouvrir à f/3.5 quand vous serez à 55mm. 

Ces valeurs seront toujours gravées sur vos objectifs. Vous pouvez tester l’ouverture de votre objectif zoom en vous mettant sur le mode A ou AV de votre appareil. Vous remarquerez que plus vous allez zoomer (passer de 18mm à 55mm par exemple) et plus votre ouverture sera petite (grand chiffre). Il y aura donc moins de lumière qui va passer dans votre objectif. A 18mm, vous pourrez ouvrir à f/3.5 et quand vous allez zoomer à 55mm, votre appareil va automatiquement passer l’ouverture maximale à f/5.6. 

objectif canon zoom 18 55

Objectif zoom à ouverture variable en fonction de la focale

Les objectifs zoom à ouverture fixe

Ce sont des objectifs qui ouvrent constamment à une ouverture, peu importe la longueur focale choisie.

Le plus commun dans le milieu professionnel est le 24-70mm qui ouvre constamment à f/2.8. Contrairement à un objectif avec une ouverture variable où les valeurs diffèrent selon la focale choisie, comme nous l’avons vu auparavant, (18mm ouvrira à f/3.5 et le 55mm ouvrira à f/5.6 au max) le 24-70mm ouvrira CONSTAMMENT à f/2.8

Que vous soyez au 24mm, au 50mm ou au 70mm, vous aurez la possibilité de rester sur une grande ouverture de f/2.8 qui vous permettra de faire des photos en condition de faible lumière et d’avoir un très beau flou d’arrière plan.

Le seul inconvénient, c’est le prix. Ce genre d’objectif est plutôt réservé au amateur averti et aux professionnels. Comptez de 1000 à 1500 euros pour ce genre de bijou.

objectif canon 17-40mm à ouverture constante de f/4

Exemple d’objectif zoom à ouverture constante de f/4

Les objectifs à ouverture fixe (sans zoom).

On les appelle objectifs à focale fixe car ici, contrairement au zoom, vous n’avez qu’une seule focale

Par exemple 35mm, 50mm, 85mm sont 3 objectifs différents. Les plus gros avantages de ces objectifs : ils sont plus légers, moins chères en général mais surtout ILS OUVRENT PLUS GRAND = sujet qui ressort bien de la photo et magnifique flou d’arrière plan (faible profondeur de champ).

J’ai rédigé un article qui vous aidera à choisir votre objectif et à comprendre comment la focale modifie la perspective de vos photos.

objectif canon 50mm 1.8

Objectif à focale fixe de 50mm 1.8. Un classique avec un excellent rapport qualité/prix (environ 100€)

La profondeur de champ

Nous l’avons vu précédemment, l’ouverture contrôle la quantité de lumière qui passe à travers votre objectif, c’est un paramètre important du triangle de l’exposition. Plus cette ouverture est grande (petit chiffre) et plus de lumière passe. Cette partie vous permettra de maîtriser certains de vos besoins en photographie (avoir une image nette, avoir un beau flou d’arrière plan…). 

L’autre paramètre que l’ouverture contrôle, c’est la profondeur de champ (PdC).

Définition : C’est la zone de netteté qui s’étend à l’avant et à l’arrière du sujet sur lequel vous allez faire la mise au point.

Nous allons commencer à voir quel est l’impact de l’ouverture sur la profondeur de champ. Comment agit-elle ? Quel rendu allez-vous avoir selon l’ouverture choisi ? Quelle est la différence entre une ouverture à f/1.4 et une ouverture à f/16 ? 

Contrôle la profondeur de champ

C’est une notion très importante si vous débutez en photographie. L’ouverture contrôle la profondeur de champ (PdC).

profondeur de champ et photo flou

Une très petite profondeur de champ. Exemple d’effet que vous obtiendrez avec une grande ouverture

Elle résulte de trois paramètres :

  • Le réglage du diaphragme (votre ouverture)
  • La distance entre votre appareil photo et votre sujet
  • La longueur focale (50mm ou 200mm…)

PdC et réglage du diaphragme

Nous allons voir sur les photos plus bas comment l’ouverture du diaphragme agit sur la profondeur de champ. A travers plusieurs photos et différentes ouvertures, je vais vous montrer comment la profondeur de champ évolue.

Mode AV (ou A) activé, qui est le mode priorité à l’ouverture sur votre appareil photo. Je n’ai qu’à modifier l’ouverture et l’appareil fait le reste (il règle la vitesse en fonction pour avoir une photo bien exposée). Mon appareil photo est un Sony A7RIII et un objectif 105mm macro. Aucun autre réglage ne sera modifié, uniquement l’ouverture.

f/2.8. J’ai fait la mise au point sur le mot “l’action”. On voit que toute la ligne est nette. Par contre devant et derrière c’est totalement flou.

exemple de petite profondeur de champ

Plus j’ouvre mon diaphragme, plus la profondeur de champ est petite devant et derrière l’endroit où je fais ma mise au point

f/8. J’ai fermé le diaphragme, la PdC s’est agrandi. On peut lire 4 lignes au lieu de 1 avec mon ouverture à f/2.8. Ma profondeur de champ s’est agrandi.

explication de la profondeur de champ en image

f/22. La plus grande ouverture sur mon Sigma 105mm macro. Toutes les lignes sont nettes. On dit que j’ai une grande profondeur de champ

exemple de grande profondeur de champ. Le triangle de l'exposition

Comme vous le voyez sur les photos ci-dessus, la profondeur de champ s’étend à l’avant et à l’arrière de votre mise au point (ici la ligne du mot “l’action”). Nous avons tendance à croire que le flou est présent uniquement à l’arrière (le flou d’arrière plan) mais c’est faux.

IMPORTANT : la profondeur de champ s’étend toujours PLUS derrière le sujet.

Ce n’est pas 50% de flou à l’arrière et 50% de flou à l’avant de votre sujet où vous avez fait la mise au point. C’est toujours plus flou en arrière plan de votre sujet. En règle général, il y a 2/3 de flou à l’arrière de votre sujet et 1/ devant. Par contre, plus vous allez vous approcher de votre sujet et plus vous allez obtenir autant de flou à l’avant et à l’arrière.

PdC et distance avec le sujet

Nous allons observer comment la profondeur de champ varie selon la distance avec votre sujet. Toujours au 105mm et avec une ouverture à f/2.8 pour les deux photos.

f/2.8. Je suis à environ 10cm du livre, je fais la mise au point sur le mot action. Je suis très proche de mon sujet donc le flou est très prononcé devant et derrière la ligen du mot action.

profondeur de champ et distance

f/2.8. Je suis à environ 80 cm du livre, la profondeur de champ est plus grande. Vous pouvez lire les lignes au dessus et en dessous de la phrase sur laquelle j’ai fait la mise au point (“en flammes l’action, il regarde…”).

impact de la profondeur de champ avec la distance

Vous remarquez sur les photos plus haut comment la distance fait varier la profondeur de champ. C’est très important de maîtriser ce point pour vos futures photos. Dans cette exemple, je n’ai absolument pas changé mes réglages. Je me suis simplement éloigné et automatiquement la PdC s’est agrandi (moins de flou d’arrière plan). Si je m’approche de mon sujet, c’est le contraire, la PdC est réduite (les lignes du dessus et du dessous deviennent plus flou)

IMPORTANT : la PdC va S’AGRANDIR à mesure que vous allez vous ÉLOIGNEZ de votre sujet.

IMPORTANT : la PdC va se RÉDUIRE à mesure que vous allez vous RAPPROCHEZ de votre sujet

PdC et longueur focale

Selon la longueur focale de votre objectif, la profondeur de champ sera plus ou moins importante. Les longues focales produise plus de flou d’arrière plan. 

L’ouverture et la qualité de vos images

Ouverture optimale 

Nous allons voir dans cette partie comment l’ouverture de votre diaphragme agit sur la qualité de vos images. Il y a une perte de piqué (la netteté de votre photo) aux valeurs extrêmes de votre objectif photo (cela varie selon l’ouverture et la fermeture maximale de celui-ci). Le piqué optimal se situe aux valeurs centrales (disons entre f5.6 et f/8 de façon générale). 

Je vais prendre par exemple un objectif dont l’ouverture maximale est f/1.8 et la minimale f/22. Si votre but est d’avoir la photo la plus piqué, vous devrez choisir une ouverture moyenne de f/5.6 ou f/8 (valeur centrale). 

Important : Ne vous focalisez pas sur le piqué pour faire de belles photos. Je vous explique un fait technique mais ne réglez pas systématiquement votre ouverture à f/8 pour avoir le meilleur piqué de votre objectif. 

Avec l’avancé technologique et les efforts des constructeurs d’objectifs, cela est de plus en plus faux. Sur des objectifs professionnelles de type 24mm-70mm f/2.8, le piqué est excellent et ne s’améliore pas en fermant le diaphragme ou en choisissant une valeur d’ouverture intermédiaire.

Important : Meilleur qualité d’image (piqué) ne veut pas dire meilleure photo

J’insiste sur ce point car selon ce que vous voudrez obtenir comme résultat, vous allez choisir votre ouverture en fonction :

  • Vous souhaitez avoir beaucoup de flou d’arrière plan ? Choisissez une ouverture sous f/2.8
  • Vous souhaitez montrer l’environnement dans lequel votre sujet est ? Choisissez une petite ouverture pour avoir une longue profondeur de champs : minimum f/8 voir f/11

La question a vous posez avant de choisir votre ouverture : Quel rendu souhaite-je avoir pour mon portrait ?

je vais vous donner des exemples d’ouverture que j’utilise pour mes photos et selon mes sujets :

Pour du portrait de rue en très gros plan , je me fiche du flou d’arrière plan, ce qui m’intéresse, c’est d’avoir le maximum de détails et de piqué pour faire ressortir la “gueule” et les traces de vie de mon sujet. Si j’ouvre trop, je perds en qualité et tout le visage ne sera pas net, si j’ouvre peu, ma vitesse d’obturation sera trop lente = flou de bougé = photo ratée.

Sur mon 85mm f/1.8, je shoote entre f/2.8 et f/4 afin d’avoir le maximum de détails comme vous pouvez le voir sur la photo plus bas :

portrait homme indien fond jaune

J’avais ouvert à f/4 sur ce portrait réalisé en Inde lors de mon voyage en 2018

Pour du portrait de femme, j’aime ouvrir au maximum, cela adoucie le visage (c’est moins piqué, le grain de peau sera plus doux donc c’est plus flatteur mon la modèle). Je shoote généralement en plan poitrine, ou plan américain et je souhaite faire ressortir mon sujet de l’arrière plan = une grande ouverture pour avoir du flou. pour ce genre de portrait, je choisis une ouverture entre f/1.4 et f/2.2

Portrait femme avec objectif à grande ouverture

Portrait réalisé à très grande ouverture : f/1.4. C’est très lumineux et doux

Ce sont deux exemples parmi tant d’autres. Je vous invite sincèrement à tester, à vous entraîner. Demandez à un(e) ami(e) de vous accompagner et shooter à toutes les ouvertures pour voir la différence. Approchez vous, allongez vous, tourner autour du sujet, n’arrêtez pas d’expérimenter pour trouver votre style, savoir comment l’ouverture agit sur vos photos et maîtriser votre appareil. 

Lire mon blog est super et ça me fait plaisir si je peux vous aider à vous améliorer mais rien ne vaut la pratique, alors sortez et faites des photos 🙂

Le vignettage

C’est l’apparition de zones sombres (un halo foncé) autour de la photo. Plus vous allez ouvrir votre diaphragme et plus ce phénomène sera visible. Attention toutefois, les nouveaux objectifs sont de plus en plus performants et le vignettage est très léger (voir invisible pour la plupart)

exemple vignettage ouverture photo

Exemple de vignettage avec une ouverture à f/1.2

photo sans vignettage

Ouverture à f/8. Vignettage moins présent car j’ai fermé mon diaphragme

Centre de l’image et bords de l’image

Important : le piqué et la qualité globale de votre photo sera toujours meilleur au centre
Cela est valable sur toutes les ouvertures de votre objectif. Par contre plus vous vous rapprochez de l’ouverture optimale (les fameuses valeurs centrales), plus la qualité au bord de l’image sera bonne. Aux valeurs extrêmes (grande ouverture de f/1.4 ou petite ouverture de f/22 par exemple), la qualité sur les bords de l’image sera encore plus dégradée. C’est bien de le savoir mais n’en faite pas une fixette. Votre portrait seront la plupart du temps de très bonne qualité et les personnes regardent le sujet et la photo dans son ensemble et non pas sur les bords.
C’est important de connaître ces détails pour votre culture photographique mais sincèrement ne vous attardez pas la dessus

L’ouverture en photo : le test 

Nous avons vu pas mal de notions concernant l’ouverture en photo, afin de voir si vous avez bien compris, j’ai réalisé un petit questionnaire simple et rapide pour tester vos connaissances.

Quelle ouverture devez vous choisir pour :

Généralement entre f/5.6 et f/8, les fameuses valeurs centrales de votre objectif. Vous pouvez partir de l’ouverture maximale et comptez 3 diaph pour trouver l’ouverture optimale de votre objectif (celle qui vous procurera la meilleure qualité).

Une ouverture sous f/2.8, c’est à dire une grande ouverture. f/1.4, f/1.8, f/2…

La plus petite ouverture que votre objectif propose, généralement entre f/22 et f/32. Cela vous permettra d’avoir une très grande profondeur de champ (pas de flou d’arrière plan)

f/2.8 ! Rappelez vous que plus le chiffre est petit et plus l’ouverture est grande. Plus l’ouverture est grande et plus de lumière passe 🙂

F/2. Vous allez passer de f/5.6 à f/4 (1diaph) puis à f/2.8 (2 diaph) pour finir à f/2 (le 3ème diaph).

La vitesse : 2ème pilier du triangle de l’exposition

Après l’ouverture, nous allons voir ensemble le 2ème pilier qui forme le triangle de l’exposition : la vitesse. Nous avons vu précédemment que l’ouverture gère la quantité de lumière qui rentre dans votre objectif photo et que celle-ci gérais le flou d’arrière plan. L’ouverture est essentiel pour réussir vos portraits, la vitesse l’est tout autant pour des portraits bien spécifiques.

Définition de la vitesse d’obturation (ou temps de pose) : C’est le temps pendant lequel la lumière va traverser votre objectif pour toucher le capteur de votre appareil photo. On appelle ce phénomène la durée d’exposition. 

Plus votre vitesse sera lente et plus la lumière passera dans votre objectif. Au contraire, plus votre vitesse sera rapide et moins de lumière pourra passer avant que la photo ne soit prise. 

Les différentes vitesses d’obturation

Afin de les mémoriser, je vous ai indiqué les vitesses d’obturation que vous trouverez dans la majorité des appareils photos (le 1/8000 est réservé aux appareils plus professionnels)

1/8000 (1/8000 de seconde)
1/4000
1/2000
1/1000
1/500
1/250
1/125
1/60
1/30
1/15
1/8
1/4
1/2 (1 demi seconde)
1 seconde
2 secondes
4 secondes
8 secondes
15 secondes
30 secondes

  • 8000 = 1/8000 de seconde soit 0,000125 seconde = vitesse TRES rapide. La lumière aura ce temps hyper limité pour toucher le capteur de votre appareil photo.
  • 30 secondes = vitesse TRES lente. La lumière aura tout ce temps pour toucher le capteur. la durée d’exposition est exceptionnel.

Entre chaque vitesse, il y a un diaphragme. Nous l’avions vu pour l’ouverture, c’est le même principe pour la vitesse.

Rappel important : 1 diaph augmente ou réduit la quantité de lumière de 2 fois. Vous devez multiplier ou diviser à chaque fois par 2 la quantité de lumière entre chaque diaph.

Exemple : vous passez d’une vitesse de 1 seconde à 1/8 de secondes, il y a 3 diaph donc 2 x 2 x 2 = 8 fois moins de lumière qui passe.

Vitesse rapide = moins de lumière et vitesse lente = plus de lumière

Dans les vitesses exposées plus haut, je parle de valeur pleine et tout comme l’ouverture, il existe des valeur intermédiaire qui représente des tiers de diaphragme. 1 diaph = 3 tiers de diaphragmes.

Exemple : pour passer de 1/125 à 1/250 (1 diaph), il y aura 3 tiers de diaphragme : 

1/125 -> 1/160 -> 1/200 -> 1/250

A quoi sert la vitesse d’obturation ?

Elle sert à contrôler le mouvement de votre sujet. Tout va dépendre de votre intention lors de la prise de vue : figer le mouvement ou le montrer.

Une vitesse rapide va figer le mouvement. Plus le sujet est rapide et plus votre vitesse devra être rapide.

Exemple de photo pour figer un sujet rapide :

portrait haute vitesse d'obturation

Grâce à une vitesse élevé (au dessus de 1/2000), vous pourrez figer l’eau et le mouvement de votre sujet

Une vitesse lente va vous montrer l’évolution du mouvement. ça ne sera pas figé, au contraire. 

Exemple de photo pour montrer la perception du mouvement :

vitesse obturation lente portrait

Ici la vitesse utilisée est lente. Les cheveux ne sont pas figés (nets), on aperçoit le mouvement de ceux ci lorsque la modèle penche sa tête

Ce sont deux exemples parlant pour vous illustrer la fonction de la vitesse d’obturation en photo et les résultats que vous pourrez obtenir selon vos envies.

Quelle vitesse choisir et dans quelle situation pour le portrait ?

Je vais catégoriser les situations en fonction de leur rapidité et des effets voulus puis vous donner les vitesses adéquats pour obtenir le rendu voulu.

Figer un sujet TRES rapide / dans l’action

Je vais prendre l’exemple du sport. Vous souhaitez réaliser des photos de sportifs en action, cela peut-être lors d’un match de football, une course d’athlétisme (figer le sujet lorsqu’il est en train de sauter la haie), figer le mouvement d’un nageur lors d’un compétition…

Vitesses adéquats : entre 1/2000 et 1/8000 de secondes (si votre appareil propose cette vitesse, sinon 1/4000).

Exemple de rendu une vitesse très élevée :

figer le mouvement d'un sportif

Avec une vitesse très élevé, vous pourrez figer un sujet en mouvement

Figer un sujet rapide 

Cela peut-être une personne qui danse, vos enfants en train de jouer, des musiciens en train de jouer, des animaux en mouvement (pas un guépard par contre 🙂 , il faudra une vitesse TRES rapide pour ce genre de sujet). 

Vitesses adéquats : entre 1/500 et 1/1000

Exemple de rendu avec une vitesse élevé :

portrait en mouvement danseuse vitesse obturation

Figer le mouvement d’une femme qui danse (en mouvement)

Important : Plus un sujet est rapide et plus vous devrez augmenter la vitesse

Réaliser un flou filé 

Avoir un sujet net mais l’arrière plan en mouvement. Pour se faire vous devrez régler votre appareil photo en mode rafale (plusieurs photo seront prises quand vous appuyez sur le déclencheur). Le sujet devra être en mouvement et vous devrez le shootez tout en suivant sa trajectoire. C’est important de continuer de suivre le mouvement en direction du sujet même lorsque vous arrêtez de prendre la photo. C’est ce qui vous permettra d’obtenir ce flou filé.

Vitesses adéquates : entre 1/30 et 1/125 (le flou sera plus ou moins marqué selon la vitesse choisie).

Exemple de rendu avec une vitesse intermédiaire 

taxi new york et flou filé

Exemple de rendu avec une vitesse intermédiaire et un mouvement filé (suivre votre sujet en photographiant)

Réaliser un flou de mouvement artistique

Vous allez utiliser des vitesses peu élevées et demander à votre sujet de faire des mouvements selon ce que vous souhaitez obtenir. Durant la durée du déclanchement, l’appareil photo va tous les enregistrer pour sortir une photo finale artistique. Cela donne de très beau rendu, à vous de faire preuve d’imagination et de tester des mouvements, vitesses différentes (peu élevées afin que l’appareil photo ai le temps d’enregistrer les mouvements.

Vitesses adéquates : entre 1/4 de seconde et 5 secondes

Exemple de rendu avec une vitesse peu élevée :

portrait artistique avec flou de bougé

Un exemple flou de mouvement artistique réalisé avec une vitesse peu élevée

Important : Plus votre vitesse sera basse et plus vous pourrez capter les mouvements de votre sujet.

S’amuser à faire du light painting

Vous en avez surement déjà vu sur internet ou les réseaux sociaux, ces fameuses photos avec des effets de traînées lumineuses. Vous vous êtes toujours demandés comment faisaient les photographes ? C’est simple, ils utilisent une vitesse TRES lente afin de capturer tous les mouvements qu’ils font avec la lumière. Plus la vitesse sera lente et plus vous pourrez capturer les gestes luminaux de votre sujet.

Vitesses adéquates : entre 4 et 30 secondes en fonction du dessin

Exemple de rendu avec une vitesse TRES lente :

portrait light painting avec une vitesse lente

Le sujet fait des mouvements pendant 4 secondes et voici le résultat

Quelle vitesse minimum dois je utiliser à main levée ?

Toutes les vitesses ne peuvent pas être utilisées à main levée. En effet, si vous réglez votre appareil sur un vitesse lente, il faudra que votre appareil soit stable (sur un trépied ou posez). Il y a toujours des micros mouvement lorsque vous tenez un appareil photo. Ils n’ont pas d’impact quand la vitesse est rapide (le capteur n’a pas le temps de les enregistrer) mais provoque un flou de bougé quand celle ci est trop lente.

La règle du “”1 pour 1” 

C’est une règle très importante que vous devez retenir. Elle vous indique la vitesse minimum à utiliser en fonction de la longueur focale utilisée. Donc jusqu’à quelle vitesse un humain peut descendre sans provoquer de flou de bougé en photographiant à main levée. 

La réponse : valeur de la focale de l’objectif = vitesse de sécurité 

Toutes les focales n’ont pas leurs équivalences pures et parfaites avec certaines vitesses de votre appareil. Vous choisirez la vitesse la plus proche et plus haute par rapport à votre longueur focale.

Quelques exemples pour comprendre, en utilisant uniquement les vitesses pleines (je ne compte pas les 1/3 de vitesses) et pour le plein  format :

Plus vous vous rapprochez de la vitesse de sécurité et plus vous devez être vigilant au mouvement lors de votre prise de vue. 

ATTENTION : La règle du “1 pour 1” de base concerne les plein format. Lorsque vous shootez avec un petit format (APS ou APS-C), vous devez tenir compter du coefficient multiplicateur de votre appareil pour fixer la vitesse de sécurité.

Je vous ai préparé un tableau récapitulatif des vitesses de sécurité sous lesquelles il ne faut pas passer pour shooter à main levée avec un objectif non-stabilisé pour le plein format, les APS (tout confondus) et les micro 4:3. 

Je prends en compte ici les vitesses intermédiaires afin d’être plus précis (pas uniquement les vitesses pleines que nous avons vu auparavant).

Longueur
focale

 vitesse
plein format

 Vitesse
petit format (APS)

Vitesse
4:3

14 MM

1/15

1/30

1/30

18 MM

1/20

1/30

1/40

24 MM

1/30

1/40

1/60

35 MM

1/40

1/60

1/80

50 MM

1/50

1/80

1/100

70 MM

1/80

1/125

1/160

85 MM

1/100

 

1/160

1/200

135
MM

1/160

1/250

1/320

200
MM

1/200

1/400

1/500

Vous remarquez qu’entre le plein format et le micro 4:3, il faut une vitesse 2 fois plus rapide pour éviter le flou de bougé. 

Quelle est la différence entre le flou de bougé et le flou de mouvement ?

  • Flou de bougé = toute la photo est flou car c’est vous qui bougez l’appareil en photographiant (les fameuses micro vibrations)
  • Flou de mouvement : votre sujet bouge et non plus vous, si la vitesse est trop lente, il sera flou et pas le reste de la photo.

Comment faire une photo nette en vitesse lente ?

Le trépied ! C’est un accessoire indispensable si vous souhaitez faire des portraits ou des photos nettes à vitesse lente. Etant donné que l’humain ne peut tenir un objet sans micro-vibrations pendant un certains temps, le fameux trépied vous permettra de poser votre appareil photo et de choisir n’importe quelle vitesse étant donné que l’appareil ne bougera pas.

petit trépied portable

Exemple de trépied. Il en existe de toutes les tailles et modèles

A noter que c’est assez rare d’utiliser un trépied pour la photo de portrait. De façon générale, vous allez utiliser des objectifs d’au moins 50mm voir 85mm. Pour ce genre de focale, la vitesse sera d’au moins 1/50 voir 1/100 = vitesse assez rapide pour pouvoir shooter à main levée sans trépied.

La stabilisation et la vitesse en photo

J’en avais succinctement parlé dans mon article “comment choisir son objectif pour le portrait photo“, voyons ensemble comment la stabilisation va vous permettre de dépasser la règle du 1 pour 1 (longueur focale = vitesse équivalente à celle-ci).

Rappel : la stabilisation est une technologie qui va permettre de maîtriser les micros vibrations de l’humain lors de la prise d’une photo.

Cette technologie peut-être embarquée soit dans l’objectif soit dans l’appareil photo (pour les plus récent). Quelques exemples  : 

  • Pour Nikon, on parlera de VR : Vibrations Reduction
  • Canon utilise IS : image stabilizer
  • Sony utilise le terme “Steadyshot” qui est intégré à leurs principaux boitiers.
Nikon VR - stabilisation

Exemple d’objectif Nikon avec la technologie VR intégré

A quoi va me servir la stabilisation ?

En une phrase : la stabilisation va vous servir à aller en dessous de la vitesse de sécurité pour pouvoir capter plus de lumière et vous évitez le flou de bougé.

Rappelez vous qu’on parle en diaphragme pour l’ouverture comme pour la vitesse (1 diaph = 2x plus ou moins de lumière). Avec un objectif stabilisé, vous allez pouvoir gagner entre 3 et 4 diaph sur la vitesse.

4 exemples concrets pour comprendre :

Sur plein format :

  • 200mm NON stabilisé : vous ne devrez pas descendre sous 1/250 afin d’éviter le flou de bougé.
  • 200mm stabilisé : vous gagnez 4 diaph donc vous pourrez shooter sans risque de flou de bougé à 1/15 : 1/250 (diaph de base) -> 1/125 -> 1/60 -> 1/30 -> 1/15)

Sur petit format (APS et APS-C) :

  • 50mm non stabilisé = 80mm donc la vitesse de sécurité = 1/125. Avec un 50mm NON stabilisé sur APS-C, vous ne devrez pas descendre sous 1/125 à main levée pour éviter le flou de bougé.
  • 50mm stabilisé sur APS-C avec un objectif qui permet de gagner 3 diaph : vous pourrez shooter à 1/15 : 1/125 (diaph de base) -> 1/60 -> 1/30 -> 1/15.

Attention : entre le marketing de la marque et la réalité, ce n’est pas toujours pareil. Je vous conseille d’enlever 1 diaph vs ce que vend le constructeur. Viys pouvez vérifier l’information sur la notice.

  • Il annonce un gain de 4 diaph : comptez 3
  • Il annonce 3 diaph : comptez 2

Cela vous permettra d’avoir une sécurité supplémentaire pour avoir une photo nette à main levée.

Pour conclure sur ce 2ème pilier très important qu’est la vitesse, retenez que celle ci contrôle 2 choses :

  • Le mouvement : une vitesse rapide le figera et une vitesse lente le montrera.
  • Le temps d’exposition à la lumière : en seconde ou centième de seconde, la vitesse contrôle la quantité de lumière qui va se déposer sur votre capteur.

La vitesse en photo : le test

Afin de tester vos connaissances, je vous ai préparé un quizz sur la vitesse. Essayez de deviner les bonnes réponses, cela vous permettra de vous entraîner et de mieux comprendre la notion de vitesse en photo.

Quelle vitesse devez vous choisir pour :

Une vitesse rapide : entre 1/1000 et 1/2000 afin de figer les mouvements de celui-ci. Rappelez vous que plus un sujet est rapide est plus vous devrez opter pour une vitesse rapide pour figer le mouvement

Vitesse lente : disons entre 1/15 et 2 secondes selon l’effet souhaité. Plus votre vitesse sera lente et plus l’appareil pourra enregistrer les mouvements (pendant le temps de pose) de votre sujet

1/125. Il suffit d’appliquer la règle du 1 pour 1. Sur plein format un 100mm = 100mm et la vitesse de sécurité est 1/125. Cela vous garantira une photo nette sans flou de bougé lorsque vous photographiez à main levée

1/60 ! Un 200mm sur un APS est environ égale à un 300mm. La vitesse de sécurité de base est donc de 1/500. Sauf qu’ici vous avez un objectif stabilisé qui vous permet de gagner 3 diaph : 1/500 (diaph de base) -> 1/250 -> 1/125 -> 1/60

Les ISO: 3ème pilier du triangle de l’exposition

Le 3ème et dernier paramètre du triangle de l’exposition qui vous permettra de comprendre comment bien exposer une photo et jouer avec l’ouverture et la vitesse pour produire des portraits de qualité. 

Définition : les ISO gère la sensibilité de votre capteur à la lumière. Plus la valeur des ISO est élevée et plus votre capteur sera sensible à la lumière (photo plus lumineuse)

Les ISO sont plus simples à comprendre contrairement à l’ouverture et à la vitesse. 

Les différentes valeurs ISO

Vous trouverez ces valeurs sur la plupart des appareils photos : 

100
200
400
800
1600
3200
6400
12800

La majorité de vos capteurs ont pour valeur de base 100 ISO. C’est la valeur de base qui vous permettra d’avoir la meilleure qualité photo (si les condititons de luminosité le permette). Si vous sous 100 ISO ou au dessus, la qualité de l’image sera moindre (elle se dégrade au fur et à mesure que vous montiez dans les ISO).

Les ISO en photo, à quoi ça sert ?

La principale utilité des ISO est de vous permettre de bien exposer une photo SANS toucher à l’ouverture ou à la vitesse. En effet, le capteur sera plus sensible à la lumière à chaque palier d’ISO. La notion de diaph est la même que pour l’ouverture ou la vitesse, c’est à dire que d’une valeur ISO à une autre, vous gagnez (ou perdez un diaph).

Important : entre chaque valeur d’ISO, vous gagnez 2 fois plus de lumière = 1 diaph = capteur 2 fois plus sensible.

Exemple concret : 

Vous souhaitez absolument shootez un portrait à f/2.8 avec un 85mm mais la scène est sombre. Vous ne pouvez pas descendre sous 1/125 de vitesse sinon la photo risque d’être flou. C’est ici que les ISO intervienne ! Afin de gagner en luminosité (en diaph), vous allez pouvoir augmenter les ISO (passer de 100 à 200 ou 400 ou plus) afin d’avoir une photo bien exposé, le tout sans toucher à l’ouverture ni à la vitesse.

Mais du coup, on a qu’à toujours mettre les ISO au maximum ?

Et bien non, plus vous allez monter dans les ISO et plus la qualité de l’image sera dégradée. Tout dépend de la qualité de votre appareil photo. Certains peuvent produire de très belles images même à 800 ISO voir 1600 ISO tandis que d’autres produiront des images très bruitées.

Je vous conseille de faire le test avec votre appareil respectif, testez les différents ISO et voyez jusqu’où l’image est exploitable. Evidemment tout dépend de la sensibilité et les goûts de chacun, je réalise parfois des images à 102 400 ISO (oui oui) de plein gré car je recherche un rendu très bruité, c’est ma volonté.

Exemple de rendu à 102 400 ISO :

photo de chat avec un ISO élevé

Quel impact ont les ISO sur vos photos ?

On l’a vu juste avant, monter en ISO va certes vous permettre d’obtenir des photos plus lumineuse dans des conditions sombres ou en intérieur (le tout sans toucher la vitesse ou l’ouverture) mais cela dégradera au fur et à mesure votre photo.

Le mieux est de vous mettre des exemples de la même photo avec 2 valeurs ISO :

100 ISO – qualité optimale

ISO 100 et qualité de l'image. Triangle de l'exposition

102 400 : valeur extrême

Exemple d'image avec un ISO élevé

Important : Faites toujours vos choix en fonction du rendu que vous souhaitez. Par exemple si vous souhaitez un très beau flou d’arrière plan, garder votre grande ouverture, ne fermer pas votre diaphragme. Vous avez la possibilité de  modifier la vitesse selon votre objectif (vitesse de sécurité / stabilisé ou non). Ensuite, ajuster vos ISO pour avoir une photo bien exposée et le moins dégradée possible.

Quel sont les ISO recommandés pour mon appareil photo ?

Tout va dépendre de votre boitier. Plus il sera sophistiqué, de nouvelle génération et cher et plus vous pourrez monter en ISO sans que votre photo soit dégradée.

De façon générale, vous pouvez suivre mes conseils, selon votre boitier :

Plage recommandée pour boitier amateur :

  • entre 100 et 200 : TOP qualité
  • 200 et 800 : bonne qualité
  • entre 800 et 1600 : qualité acceptable mais limite
  • Au dessus de 1600 : qualité très moyenne

Plage recommandée pour boitier pro :

  • entre 100 et 800 : TOP qualité
  • 800 et 3200 : bonne qualité
  • 3200 et 6400 : qualité acceptable mais limite
  • entre 6400 et 12 800 : qualité moyenne
  • au dessus de 12 800 : qualité très moyenne à médiocre

Vous voyez la différence entre les boitiers amateurs et professionnels. Le prix est plus élevé pour un pro mais il pourra sortir des photos avec une meilleure qualité même avec des ISO élevés. 

La même photo avec un boitier amateur à 1600 ISO sera de moins bonne qualité (dégradé, bruit, couleur, contraste..) qu’un boitier pro lui aussi à 1600 ISO. Les appareils photos pro ont des meilleurs capteurs et gère mieux la sensibilité.

Important : vous pourrez faire de très belles photos largement expoitable avec un boitier amateur. Je vous donne ici les effets des ISO sur vos photos. Sachez que 90% des gens utiliseront des ISO entre 100 et 800 voir 1600. Pas la peine d’aller dépenser des milliers d’euros pour avoir un appareil qui monte à 102 400 ISO.

Quel ISO utiliser dans quel cas ?

De façon générale et pour simplifier votre apprentissage, je vous mets plusieurs exemples :

  • Grand soleil : 100 ISO
  • Temps ensoleillé, quelques nuages : 100 à 200 ISO
  • Nuageux : 200 à 400 ISO
  • Intérieur bien éclairé : 200 à 400 ISO
  • Intérieur peu lumineux : 400 à 1600 ISO
  • Photo de soirée : 1600 à 3200
  • Photo de concert, endroit très sombre : plus de 3200
Plus vous allez pratiquer et plus vous saurez quelle valeur ISO utilisez pour avoir une photo bien exposée et réduire au maximum la dégradation de votre photo. Utilisez au maximum un ISO le plus bas possible pour avoir une meilleure qualité d’image.

Important : lorsque vous utilisez un flash ou une source de lumière artificielle, restez le plus souvent à 100 ISO car c’est la source de lumière secondaire qui doit vous permettre de faire votre photo bien exposée. 

Les ISO en photo : le test

Quelle valeur ISO choisirez vous pour :

 

ISO 100 ou un ISO inférieur à 200 afin d’avoir la meilleure qualité d’image que votre capteur puisse délivrer.

Entre 200 et 400 ISO selon la lumière disponible.

Entre 1600 et 3200 ISO

Le triangle de l’exposition : conclusion

Vous savez désormais LA chose la plus importante à savoir lorsque vous débutez en photographie. Maitrisez l’ouverture, la vitesse et les ISO vous permettra de faire de meilleures photos mais surtout de comprendre comment l’exposition fonctionne.

Pour récapituler sur le triangle de l’exposition :

  • L’ouverture représente le diaphragme de votre objectif (les fameux ronds) par lequel passe la lumière. Plus votre ouverture est grande et plus votre arrière plan sera flou. Au contraire plus votre ouverture sera petite est plus votre arrière plan sera net. L’ouverture concerne les chiffres tels que f/1.8, f/5.6…
  • La vitesse gère le temps de pose de votre capteur à la lumière. Si la vitesse est lente, beaucoup de lumière passera par votre objectif pour toucher le capteur. Si vitesse rapide, c’est le contraire, peu de lumière touchera le capteur. C’est grâce à la vitesse que vous pouvez figez (vitesse rapide) ou montrer le mouvement d’un sujet (vitesse lente).
  • Les ISO agissent sur la sensibilité à la lumière de votre capteur. Plus les ISO sont élevées et plus votre photo sensible à la lumière

IMPORTANT : je vous conseille fortement de lire l’article en lien direct avec le triangle de l’exposition où comment ces 3 piliers fonctionnent ensemble et comment les domptez : l’exposition en photo, tout comprendre.

Si vous avez des questions ou des remarques, je serai ravi de vous lire et vous répondre dans l’espace commentaire 🙂